La clairvoyance du menteur

France 24 .com

La revanche du menteur

Le second rôle vient, en quelques mois de remplacer la star : Boris Johnson a succédé, dans le rôle de mauvais sujet, à Donald Trump.

Le Premier Ministre,  (« le menteur invétéré » selon l’expression de notre ancienne ambassadrice à Londres), surmonte avec maestria la plupart des critiques que lui vaut son rôle décisif dans le Brexit.

Le Brexit, qu’il avait obtenu grâce à ses mensonges réitérés et quasi farfelus, devient peu à peu son véritable passe-partout.

Pour lui, la faiblesse actuelle de l’économie anglaise n’est pas due à la séparation avec l’Europe, elle est essentiellement due aux seuls effets de la pandémie.

Peu importe d’ailleurs que ses contradicteurs lui fassent remarquer que la réalité est tout autre. Que sa  mauvaise gestion de la crise sanitaire n’a fait qu’amplifier les effets négatifs du Brexit. Que cette gestion n’est d’ailleurs pas très bonne puisqu’avec une population pratiquement égale à celle de la France, son pays enregistre 35.000 morts de plus. 

Le bateleur a perdu sur les deux tableaux, mais il prétend pourtant avoir tout gagné : le vaccin Astra-Zeneka c’est lui et il agit comme son vrai propriétaire en limitant par tous les moyens la distribution du vaccin en Europe.

Et pourtant cette déconfiture annoncée va, peut-être, se transformer sur le moyen-terme en véritable et honorable succès.

  Pour quel motif ?

Pour la raison essentielle que Boris Johnson a compris et intégré que le monde changeait profondément et qu’il en tire les conséquences. 

En effet, hier le succès des démocraties libérales paraissait inéluctable et proche, aujourd’hui ce n’est plus du tout le cas.

Hier triomphantes ces démocraties doivent de plus en plus partager le pouvoir mondial tant sur le plan économique que sur le plan politique.

Les modèles autoritaires et centralisés comme la Chine et la Russie (XerfiCanal du 22/3/21), sortent de leur sclérose séculaire, se réinventent et s’exportent.

Le Premier Ministre anglais en prend acte et en tire les conséquences. Pour une fois, lui le menteur ne dissimule pas son changement de cap aussi essentiel qu’inattendu..

Dans un document officiel publié ces derniers jours, il fait pivoter (Les Echos du 16/3/21) le Royaume-Uni !

Si son pays a quitté l’Europe ce n’est pas pour se replier sur lui-même ! Tout au contraire il lui fixe un nouvel horizon : l’Asie !  

 Et ceci parce que, pour lui, c’est la zone Indo-Pacifique qui va devenir dans un proche avenir le nouveau centre  géopolitique du monde entier ».

Face à cette vision et à ce retournement spectaculaire l’Europe va au contraire continuer à s’embourber dans ses contraintes technocratiques, ses frilosités, et son orgueil totalement dépassé.

Devant cette évolution du monde, doit-on continuer à considérer BoBo comme un ridicule menteur échevelé ou , plutôt comme un véritable homme d’Etat ? 

Qui sera salué par la grande Histoire ? Lui ou Macron l’idéaliste européen ? La Grande-Bretagne toujours ambitieuse ou la France affadie et à jamais frileuse ?